/ L’audace de faire autrement

A la recherche de l'authenticité perdue

Et si on créait un "serment de l'authenticité" sur les réseaux sociaux à l'image du serment d'Hippocrate ?

(Article publié sur Linkedin)
J'ai 35 ans, et je suis une escargotte sur les réseaux sociaux. J'ai un profil Facebook mais je ne m'en sers pas, j'ai confondu pendant longtemps Instagram et Pinterest, et je ne vous parle pas de Tiktok ou Twitch. J'avais jusqu'à récemment une répulsion très forte de ces manières d'échanger car je ne connais pas et je ne sais pas m'en servir. Ma perception en résumé : je suis un produit et les réseaux sociaux prennent mes données.

J'ai changé d'avis et décidé d'apprivoiser Linkedin car nous avons besoin de faire gagner en visibilité l'entreprise dont je suis co-fondatrice : Ze Change Makers.

"Apprivoiser" car...
...j'ai peur de me tromper
...j'ai peur d'appuyer sur un mauvais bouton
...j'ai peur de parler en public (et en plus sur les réseaux on ne voit pas le public !)
...j'ai peur de mal écrire
...j'ai peur de faire des fautes d'orthographe
...j'ai peur de mal m'exprimer

Voilà, ça c'est écrit comme ça c'est clair, partagé, et public. A ce sujet, j'aimerai remercier ici Yoann Lopez qui partage dans un post l'envoi de messages à plus de 10 000 personnes avec des fautes d'orthographe...

Je disais donc : et si on créait un "serment de l'authenticité" à l'image du serment d'Hippocrate ?

"Soulager toujours
guérir parfois,
nuire jamais"

On pourrait le réinventer en :

"Etre sincère toujours,
créer du lien parfois,
se cacher jamais".

Jusqu'où être authentique ? Jusqu'où se dévoiler ? Nos actes sont-ils gratuits ? Où s'arrête le don, ou commence l'intérêt ? Parce que nous nous interrogeons sur le sujet, nous avons publié un livre blanc sur l'authenticité au travail où nous couchons sur le papier quelques réflexions.

Je vais donc prendre un pari :

  • Je fais le pari d'une authenticité professionnelle choisie sur Linkedin, c'est-à-dire que je donne à voir qui je suis du côté professionnel, et ce côté n'est jamais en contradiction avec mon côté personnel (je reste qui je suis, je ne cherche pas à me conformer à une norme)
  • Je fais le pari que je vais autant donner à Linkedin (mes données personnelles, mes infos de navigation sur le réseau) que recevoir (visibilité sur mon profil et donc sur Ze Change Makers).
  • Je fais le pari que le reproche "tu écris comme tu parles" qu'on m'a fait en classe préparatoire est un atout pour rédiger des articles sur linkedin.
  • Je fais le pari que ce positionnement sur Linkedin va permettre à Ze Change Makers de contribuer au "futur du travail" grâce à sa "secret sauce", c'est-à-dire le partage de valeurs et la confiance au sein de notre équipe coeur.

Pour faire grandir notre visibilité sur linkedin, j'ai deux convictions :

  1. Il faut que nous partagions notre expérience, notre savoir et nos prises de positions en utilisant la première personne : utiliser le "je" ou le "nous" plutôt que des injonctions "il faut", "tu dois", ou encore "les 10 clefs pour animer un atelier collaboratif".
  2. Nous devons "toucher" nos lecteurs émotionnellement. Nous devons les inviter à se questionner, à regarder ce qui se passe en eux. Un jour, parce qu'ils auront apprécié notre capacité à les "mettre en question / mouvement", non seulement ils en redemanderont mais en plus nous aurons l'opportunité d'entamer un dialogue qui nous permettra de recueillir leurs points de vue, questionnements et cela nous aidera à grandir en même temps qu'eux.

En m'inspirant d'Elon Musk qui partage "The Secret Tesla Motors Master Plan (just between you and me)" sur le blog de Tesla, je partage ici mes intentions sur ce réseau :

Trouver, découvrir des personnes qui aiment ce que nous faisons et avec qui nous pouvons échanger et grandir.

Et parce que dans le monde d'aujourd'hui, il faut des chiffres : j'aimerais aussi atteindre un certain nombre d'abonnés à la page Ze Change Makers (mon rêve fou serait 10 000:-).

Ce qu'il y a de génial avec Linkedin, c'est que si je fais des petits pas régulièrement, si je persévère dans la joie et la bonne humeur, hé bien quel que soit le résultat pour Ze Change Makers et moi, je suis sûre de profiter du voyage !

Il paraît qu'il est d'usage de terminer un article sur Linkedin par un "CTA", soit "call to action" sous forme d'une question, je vais d'une part poser une question et d'autre part ne pas finir par un CTA (c'est mon côté "faire autrement").

Et vous, que pensez-vous de l'authenticité sur Linkedin ?

Partagez-nous votre avis en nous écrivant connect@zechangemakers.fr

A la prochaine !

Hélène


Parce que cet article est publié en mon nom mais est le fruit d'une collaboration, et parce que le coeur du sujet est l'authenticité, voici les coulisses :
Screenshot-2021-06-02-at-10.46.02